L’Allemagne place les anti-confinement sous surveillance numérique

Les autorités allemandes ont placé un groupe anti-blocage sous observation et surveillance. Ce groupe encourage les gens à participer aux manifestations anti-blocage de la veille du Nouvel An.

Les dissidents seront surveillés de près

Selon le magazine allemand Der Spiegel, l’Office d’État pour la protection de la Constitution à Stuttgart observe officiellement le groupe anti-blocage « Querdenken 711 ». L’agence de renseignement craint que les gens ne répondent à l’appel du groupe pour des rassemblements de masse contre les restrictions sur les coronavirus à la veille du Nouvel An.

Le groupe, dont le nom se traduit par « Lateral Thinking 711 », utilise Internet pour soutenir les manifestations anti-blocage dans tout le pays depuis des mois. Lors d’une de ces manifestations à Berlin en novembre, la police a dispersé les manifestants en utilisant du spray au poivre et des canons à eau.

« Querdenken 711 » a été fondé cette année par l’entrepreneur informatique Michael Ballweg à Stuttgart et a depuis pris une dimension nationale.

Les partisans vont de la gauche à la droite du spectre politique, tous unis par leur opposition aux restrictions de COVID-19.

Le ministre de l’intérieur Thomas Strobl a déclaré qu’au sein du mouvement anti-blocage, il y avait « suffisamment d’indications de poids pour des efforts extrémistes ».

Pendant ce temps, pour les fêtes de fin d’année, la chancelière Angela Merkel envisage un « confinement dur » comme le suggère l’Académie nationale des sciences. L’Allemagne a jusqu’à présent évité un verrouillage total en faveur de ce qu’elle appelle un « verrouillage allégé ».

Alors que le verrouillage et les restrictions ont ravagé l’économie et les moyens de subsistance des familles et des propriétaires de petites entreprises, les troubles s’intensifient – en particulier sur Internet où les gens expriment leurs griefs. La décision de l’Allemagne de surveiller les voix anti-blocage est un geste peu surprenant de la part d’un pays qui n’est pas vraiment connu pour ses libertés civiles.

Source: reclaimthenet.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.