Google Maps et la confidentialité ?

Cinq raisons pour lesquelles Google Maps est la pire des applications sur votre téléphone.

A peu de choses près, Google Maps connaît tous les recoins de notre globe : chaque rue, chaque café, chaque bar et magasin mais également les personnes qui s’y rendent. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs par mois, l’application fait partie intégrante de leurs vie. Elle les accompagne et les guide vers leurs travail, leurs amis, leurs familles.

Le fait que Google Maps ait le pouvoir de suivre vos déplacements ne signifie pas forcément qu’il en fait un mauvais usage. Mais cette possibilité est un problème en soi. Rappelons que le siège de Google se trouve aux États-Unis, où la législation sur la vie privée est moins stricte qu’en Europe et où les agences de renseignement ont l’habitude de surveiller les particuliers (tel que la NSA).

Certes, Google Maps est incroyablement utile et est jusqu’ici inégalé en termes d’ergonomie et de fonctionnalités. Mais à quel prix : celui du sacrifice de votre confidentialité ?

Google Maps veut connaître l’historique de vos recherches

Les paramètres « Activité sur le Web et les applications » de Google décrivent comment l’entreprise collecte des données, telles que la localisation de l’utilisateur, pour créer une expérience plus rapide et « plus personnalisée ». En clair, cela signifie que chaque endroit que vous avez consulté dans l’application – qu’il s’agisse d’un restaurant, d’une boulangerie ou encore de la localisation de votre club de sport – est enregistré et intégré dans l’algorithme du moteur de recherche de Google pendant une période de 18 mois.

Google vous sait méfiant. C’est pourquoi l’entreprise utilise des interfaces utilisateur conçues pour nous inciter à choisir des options plutôt que d’autres :  en mettant en évidence une option avec certaines polices ou des couleurs plus vives par exemple, évidemment à son avantage.

Google Maps limite ses fonctionnalités si vous ne partagez pas votre historique de recherche

Si vous ouvrez l’application, vous verrez un cercle (votre avatar Google) dans le coin supérieur droit qui signifie que vous êtes connecté. Ce n’est pas indispensable et vous pouvez simplement vous déconnecter.
Étonnamment ou pas, il n’y pas de bouton de déconnexion. Pour ce faire, il faut : cliquez sur l’avatar > Paramètres > faire défiler vers le bas > Se déconnecter de Maps.

Une fois déconnecté, vous ne pourrez pas sauvegarder votre historique local, tel que les lieux fréquemment visités. Comble, vous obtiendrez même la suggestion suivante :  « Fatigué de taper », vous suggérant de vous connecter pour collecter vos précieuses données.

Google Maps peut vous dénoncer

Une autre problématique est la « chronologie Google Maps », qui « montre une estimation des endroits où vous avez pu vous rendre et des itinéraires que vous avez pu emprunter en fonction de votre historique de localisation ». Avec à cette fonction, vous pouvez consulter vos itinéraires personnels, y compris les moyens de transport que vous avez utilisés, comme une voiture ou un vélo. Tous vos déplacements sont donc connus de Google et de toute personne ayant accès à votre compte.
Et on ne parle pas ici de piratage informatique – Google peut transmettre ces informations, sur demande, à des organismes gouvernementaux comme la police. Officiellement, Google indique que son équipe juridique évalue chaque cas individuellement.
Il faut s’avoir qu’entre juillet et décembre 2019, Google a reçu 81 785 demandes concernant 175 715 comptes dans le monde entier, et a divulgué des informations dans la majorité des cas, dont 74 % en mai 2019.

Si votre « Historique de localisation » est activé, votre téléphone « enregistre vos déplacements avec vos appareils, même lorsque vous n’utilisez pas un service Google spécifique », comme expliqué plus en détail sur cette page. Cette fonction est utile si vous perdez votre téléphone, mais elle le transforme également en un véritable dispositif de suivi.

Google Maps veut connaître vos habitudes

Les avis des utilisateurs sur Google Maps peuvent être très utiles, mais une recherche rapide peut révéler des informations sensibles laissées par les critiques. Il est par exemple risqué de dévoiler ses habitudes sur un endroit où l’on se rend régulièrement en utilisant sa véritable identité (nom et prénom).

Google Maps demande souvent aux utilisateurs de partager une évaluation publique rapide. « Comment était le Burger House ? Aidez les autres à savoir à quoi s’attendre », suggère l’application après avoir pris votre repas. Il s’agit d’une question désinvolte et légère, qui repose sur le sentiment positif que l’on ressent lorsqu’on aide les autres. Mais toutes ces informations sont recueillies dans votre profil Google, ce qui permet à quelqu’un de savoir plus facilement si vous visitez un endroit brièvement et occasionnellement (comme en vacances) ou si vous habitez à proximité.

Si vous finissez par regretter un avis, Google vous donne au moins la possibilité de rendre vos avis privés après les avoir publiés. Le chemin est long et peu intuitif : Icône de profil > Votre profil > Modifier le profil > Paramètres de profil et de confidentialité > Défilement vers le bas > Profil restreint. Si vous activez cette option, vous devrez approuver les personnes qui peuvent suivre votre profil et voir vos avis.

Google Maps n’aime pas quand vous êtes hors ligne

Vous vous souvenez de la navigation GPS ? Elle était peut-être maladroite et lente, mais elle nous rappelle qu’il n’est pas nécessaire d’être connecté à l’internet pour être dirigé. En fait, d’autres applications offrent une navigation hors ligne. Sur Google, vous pouvez télécharger des cartes, mais la navigation hors ligne n’est disponible que pour les voitures. Il semble assez improbable que le géant de la technologie ne puisse pas trouver comment diriger les piétons et les cyclistes sans Internet.

Tout cela est pour votre « bien »

« Fournir des expériences utiles et significatives est au cœur de ce que fait Google », déclare l’entreprise sur son site web, ajoutant qu’il est important pour cette raison de connaître sa localisation. Ils disent utiliser ces données pour toutes sortes de choses utiles, comme la « sécurité » et les « paramètres linguistiques » – et, bien sûr, pour vendre des annonces. Google offre également aux annonceurs la possibilité d’évaluer dans quelle mesure leurs campagnes ont atteint leur cible (c’est-à-dire vous !) et combien de fois les gens ont visité leurs magasins physiques « de manière anonyme et agrégée ». Mais seulement si vous choisissez d’y participer (ou si vous oubliez de vous en désinscrire).

Source: vice.com

A lire sur le même sujet: Utiliser Google Maps en mode incognito sur son mobile

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.